TRENTE-TROISIÈME OUVERTURE

Une jeune femme danse

aux fenêtres grandes ouvertes du jour.

Comme dans la vaste plaine de ses yeux.

 

Elle connaît aussi les chemins de gel noir

qu’elle veut rendre à la joie.

 

Elle l’a appris : une minute suffit

pour réduire en miettes

les espoirs naissants, les enfoncer

dans la gorge des ténèbres.

 

Mais elle laisse courir les rumeurs

de sables mouvants.

 

Elle cultive la passion des jardins à fleurir

et fait naître l’espoir à la fontaine des mots.

 

Et par magie, la nuit descend,

les ronces s’affaissent dans l’obscurité.

 

Tiré de : Jeux d’ouvertures 11

Éditions du Sablier